Le yin, le yang et le slowpreneuriat

je n’aime pas le slowpreneuriat fade.

 

J’ai toujours pensé le slowpreneuriat comme une voie entrepreneuriale réactionnaire et donc très engagée.

Dans l’esprit de Carlo Petrini, le pape de la slow food.

Réactionnaire par rapport à l’entrepreneuriat conventionnel, machine à burn out, prédatrice des éco-systèmes et peu adaptée aux sensibles.

Moi-même hypersensible et de type Générateur, j’avais toutes les pépites en moi pour accoucher de cette voie lors de mon installation dans la campagne lotoise en 2017.

J’entends souvent, depuis que le confinement à mis le slow working au goût du jour :
 “le slowpreneuriat, c’est travailler moins mais mieux »
 “le slowpreneuriat, c’est être entreprendre en respectant son rythme« 
 “le slowpreneuriat, c’est l’équilibre vie pro/vie perso »

Si ça t’as fais découvrir le slowpreneuriat, je dis bingo!
Mais, c’est un peu comme rester à la première couche d’un oignon, tu vois.
En surface.

C’est tellement limitant pour un terme qui contient aussi 3 belles promesses.

Prendre soin de soi, c’est primordial. L’hôtesse de l’air te le dis bien : « surtout mets ton masque à oxygène d’abord ! ». Ca se traduit chez nous la bande de tortues ailées par « ne pas se cramer les ailes »

Mais cela ne suffit pas pour ETRE un slowpreneur.

Pour moi, le Slowpreneuriat : C’est pas qu’une question d’organisation. C’est pas une voie nombriliste. C’est pas réservé aux mamans.

Le slowpreneuriat, c’est entreprendre autrement, en honorant 3 dimensions : L ‘humain, le business et la contribution.

 

Le slowpreneuriat, pour une vie plus kifFante et plus impactante.

 

Pour moi, le slowpreneuriat est un choix de vie,  pour soi et les siens, pour sa boite et pour le monde, centré sur 3 couleurs :

  • L’alignement , c’est à dire se reconnecter à soi et à ses trois centres de gravité (tête/coeur/corps) pour prendre des décisions apaisées, dans tous les domaines de son business et se connecter à sa propre puissance slow authentique et magnétique.
  • La prospérité économique, grâce au choix d’un modèle économique pertinent, pérenne et aligné
    par rapport à ma situation unique
  • La contribution à un monde meilleur (Beau, Bien, Bon, Bio) et regénérateur pour les humains et la planète, en servant une cause plus grande que soi.

Le slowpreneuriat est une approche ambidextre du leadership

 
L’entrepreneuriat, c’est de l’énergétique. Dans l’énergétique, comme dans le Tao, on recheche une chose : l’équilibre entre l’énergie de réception le yin et l’énergie d’action le yang
 
L’entrepreneuriat conventionnel est de nature exagérément Yang, guerrier.
Les entrepreneurs sensibles, créatifs, guérisseurs sont souvent broyés par un système qui ne leur parlent pas…
Il ne s’agit pas avec le slowpreneuriat de bannir le mental ou la performance, mais de hacker le code en quelques sortes. De faire de la place pour le coeur et le corps, l’âme et l’intuition. Il s’agit d’allier le meilleur des deux, pour un monde meilleur, ambidextre,  plus harmonieux.
 
Et surtout de trouver une voie entrepreneuriale qui ne nous prive pas du gift que les sensibles ont à apporter au monde.
D’impulser une puissance slow pour révéler une nouvelle génération d’entrepreneur, propre à agir en guerriers pour guérir notre monde.
 
Alors il s’agit d’expérimenter les deux polarités dans sa manière d’entreprendre.
 
 

Hier lors d’un RDV avec Thibaut, pour préparer la Slowpreneurs Week qui s’en vient, j’ai eu l’impression de danser.

Entre deux approches entrepreneuriales.

Deux leaderships.

L’approche YANG, de l’entreprise classique, que tout le monde connaît

pour préparer les ateliers de notre événement inédit,  mon mental réclame un cadre, une structure précise, une organisation, un focalisation concrète sur les objectifs… ça le rassure. L’approche Yang lui parle.

L’approche YIN des sensibles (créatifs, thérapeutes…)

qui parle à mon hypersensibilité, à ma pensée arborescente, à mon ressenti de ce que chacune de mes remarques va induire chez Thibaut.

Cette approche est moins mentale, moins planifiée, plus spontanée et plus vivante et reliée à une source d’énergie et d’information que l’on ne peut atteindre que par le ressenti et l’être. Et invite à une reliance magnétique avec nos objectifs. C’est elle qui a orienté la forme que nous avons donné à cet événement live et très participatif.

L’alliance de ces deux approches, je ne m’étais pas totalement permise de l’expérimenter dans le travail péparatoire d’un événement sur plusieures semaines jusque là. Bien qu’elle soit à l’origine de l’existence des Ateliers Inspirants co-crées avec des experts Yin et des 8 Rituels de la Roue de l’Année.

Cette alliance de l’entrepreneuriat Yang et de l’entrepreneuriat Yin est depuis longtemps dans l’ADN de mon slowpreneuriat.
Encore fallait-il la bonne personne pour l’expérimenter sur plus bon terme.
La bonne opportunité.
Le bon tempo giusto

C’est la coopération de ces deux manières d’avancer qui nous permettent de donner une couleur unique à la Slowpreneurs Week, le boo(s)tcamp inédit issu de ma toute première collaboration avec Thibaut.

On expérimente pour créer quelque chose de vivant et partager avec toi et les participants la puissance slow pendant 4 jours.

Tu te joins à nous?

Ca se passe du 13 au 16 septembre, les places sont limitées et offertes sur inscription« 

Partage cet article

Facebook
LinkedIn
Email
Emilie Grau

Emilie Grau

Emilie Grau est la fondatrice de Slowpreneurs.com et Marlie Digital, le bras stratégie, marketing digital et gestion de projet web du slowpreneuriat.

Les rituels des 8 sabbats de la roue de l'année

Gère ton entreprise au rythme des saisons et de la nature, afin d’être plus alignée avec le vivant autour de toi et en toi.
Prochain rituel :
  • Rituel de Mabon
    Rituels

    Rituel pour Mabon

    18,00

Debusque ton burnout Monster

La Slow Note

directement dans ta boite mail

Reçois du contenu exclusif (rituels, stratégies, ressources slow…) que je ne partage qu’avec mes abonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus de ressources